chapitre 7 : A LA VEILLE DE LA REVOLUTION, LE PROJET DU CANAL DE LA VERE ET L’INFEODATION DE LA FORET DE GRESIGNE À MAILLEBOIS

Première partie : une double spéculation sur la vente des bois de Grésigne et sur leur mode de transport Autour des années 1750, tandis que Diderot commence à publier l’Encyclopédie qui représente la somme des sciences et techniques de l’époque et que Louis XV s’affaire auprès de ses nombreuses maîtresses, tous ceux qui détiennent desLire la suite « chapitre 7 : A LA VEILLE DE LA REVOLUTION, LE PROJET DU CANAL DE LA VERE ET L’INFEODATION DE LA FORET DE GRESIGNE À MAILLEBOIS »

chapitre 10 : LA FORÊT ROYALE SOUS LA RESTAURATION, NOUVEAU CODE FORESTIER ET NOUVEAUX PROCÈS

Après l’épisode des Cent Jours, le vol de l’Aigle impérial se termine par le désastre de Waterloo et la forêt impériale de Grésigne retrouve son qualificatif de forêt royale avec l’arrivée de Louis XVIII, tandis que les communes des Pays grésignols alentour voient les nouveaux Maires, désignés par arrêté préfectoral, prendre leurs fonctions sous l’égide duLire la suite « chapitre 10 : LA FORÊT ROYALE SOUS LA RESTAURATION, NOUVEAU CODE FORESTIER ET NOUVEAUX PROCÈS »

annexe 2 : LE MEMOIRE DES EAUX-ET-FORÊTS SUR LA FORET DE GRESIGNE EN 1754

Il s’agit là d’un document remarquable de précision et de concision en matière de gestion forestière, dont les conclusions faisaient apparaître que la concession de la jouissance indéfinie des droits de péage pour rentabiliser le futur canal de la Vère serait profitable au Roi, non seulement pour gérer avec profit la forêt de Grésigne àLire la suite « annexe 2 : LE MEMOIRE DES EAUX-ET-FORÊTS SUR LA FORET DE GRESIGNE EN 1754 »

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer