Accueil

GRESIGNE,

histoire d’une forêt convoitée.

De la forêt féodale à la forêt domaniale actuelle.

Un passé commun aux petits pays grésignols.

Claude BOUYSSIERES 2019-2020

Cette étude évoque l’histoire d’une belle et grande forêt du Haut-Languedoc, l’histoire de la forêt de Grésigne, à la limite de l’Albigeois, du Quercy et du Rouergue.

Cette forêt sauvage aux ravines profondes, lambeau de la forêt hercynienne, fut une forêt celtique puis gallo-romaine. Elle a été ensuite la forêt des manants venant y exercer leurs droits d’usage, en même temps que la forêt des verriers et, plus tard, celle où les maîtres des forges de Bruniquel venaient s’approvisionner en bois de chauffe pour fondre le minerai de fer.

Elle a connu deux Réformations, l’une en 1542, l’autre en 1667, qui lui ont donné sa forme actuelle. Ayant incité, avant la Révolution, au projet de création d’un canal de la Vère pour exporter ses bois, puis inféodée au Comte de Maillebois avant d’être rattachée de la commune de Puycelsi puis à celle de Montmiral et d’être l’objet d’interminables procès sous la Restauration, la Grésigne a été davantage un facteur de division pour les communautés riveraines qu’un facteur de rassemblement.

Devenue à l’aube du troisième millénaire une forêt péri-urbaine au nord du pays toulousain au sein de laquelle chacun peut participer au trail de la Grésigne ou à de magnifiques randonnées, la forêt de Grésigne est appelée à participer à de nouvelles fonctions, tout aussi précieuses pour la population des villes voisines que le furent les diverses utilisations du bois dans la civilisation rurale et agricole passée. 

La Grésigne est essentiellement une forêt de chênes sessiles (ou rouvres). Ci-dessus feuilles et glands de chêne sessile

Un certain nombre de photos et de cartes vous est également proposé dans ce site afin de pouvoir profiter de la beauté des chemins de la forêt de Grésigne.

Cette étude, uniquement disponible sur internet, est la réédition d’un ouvrage publié chez l’auteur en 1999, avec un titre identique mais augmenté et corrigé. L’auteur, Claude BOUYSSIERES, né à Montrosier, petit village proche de l’Aveyron et des communes de Penne et de Vaour voisines de la forêt de Grésigne, a été Maire de Puycelsi et Conseiller général du canton tarnais de Castelnau-de-Montmiral. Pendant ses mandats, il a entre autres réalisé la Base touristique Vère-Grésigne, l’inscription de Puycelsi parmi « Les plus beaux villages de France », ainsi que le Verger Conservatoire d’espèces anciennes de Puycelsi et le Sentier du Patrimoine qui donnent une nouvelle dimension à la forêt.

L’auteur présente la forêt de Grésigne et le Verger Conservatoire à Jean-Louis Etienne, le célèbre médecin-explorateur tarnais (Arctique, Antarctique, Pôle nord en solitaire, Himalaya, traversée de l’océan arctique en ballon…).

Voir dans Persee la critique sur l’ouvrage par Bernard Kayser parue dans « Sud-Ouest européen

Voir dans les pages suivantes des cartes de la Grésigne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer